Débris de Justice

La représentation des espaces urbains et architecturaux occupe une place importante dans la photographie contemporaine. Antoine Tempé propose une lecture de l’ancien Palais de Justice cap Manuel, délaissé par l’administration sénégalaise à partir des années 1980. abandonné dans les années 2000. Son approche singulière de cet ensemble construit en constitue une mémoire visuelle d’un lieu en pleine transformation aujourd’hui. La reconfiguration de ce batiment historique, en lieu d’exposition, n’est pas sans rappeler la rénovation du Carreau du Temple. En effet, il apparait que les nouvelles stratégies architecturales imposent une nouvelle réalité des lieux et de la ville qui modifient la conception de leurs histoires passées et futures.

Avec ce travail photographique, Antoine Tempé a une approche constructiviste de l’image. Les lignes qui se dessinent dans certaines d’entre elles opèrent une coupe architecturale. Les différents niveaux de lectures qui en ressortent alors forment une grille de lecture universelle du l’evolution des batis et rendent compte des mutations des villes et des mentalités.

Toutes ces photographies captent les strates temporelles sédimentées dans la ville. Le passé se donne à voir dans le présent de la photographie tout en se jouant d’une mise en abyme temporelle. Pourtant, Débris de Justice n’a pas vocation, dans ce cas présent, à transcender le réel, ni à l’esthétiser pour la beauté du geste. Le photographe fonctionne ainsi: il opère une sélection dans le réel et montre certains aspects plastiques des ruines et des bâtiments. Il invite le regardeur à s’attarder sur certains détails; détails qu’il ne prendrait pas le temps de regarder.

Yves Chatap – Directeur artistique YCOS-Project

caption